Célébration de la Journée Internationale de l’enfant Africain : Point de presse, plaidoyer et sensibilisation au rendez vous

«Vingt-cinq ans après l’adoption de la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant : Accélérons nos efforts pour éliminer les mariages des enfants en Afrique». Tel est le thème retenu pour célébrer cette année la journée du 16 juin dédiée à l’enfant Africain. En marge de cette journée, point de presse, plaidoyer et sensibilisation sont autant d’activités en cours de réalisation par le Réseau des Educateurs des Enfants et Jeunes de la Rue, en sigle REEJER.

Sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Gouverneur de la ville de Kinshasa, REEJER en collaboration avec l’Ambassade de France en RDC, l’UNICEF, l’Unité de Gestion du Projet Enfants Dits de la Rue(UGP/EDR) et le Collectif des ONG internationales œuvrant dans la Protection de l’Enfant en Rupture Familiale, a tenu le mardi 16 juin 2015, un point de presse en la salle paroissiale Christ Roi de Kasa Vubu. L’objectif de cette activité était d’attirer l’attention de l’opinion tant du gouvernement que d’autres partenaires dont la société civile, les bailleurs de fonds et acteurs politiques, sur la problématique d’enregistrement des enfants à l’état civil, un des facteurs de lutte contre le mariage d’enfants.

les participants du point de presse

les participants du point de presse

C’était donc l’occasion pour le REEJER de partager le « projet d’appui à la réinsertion socio-économique des enfants dits de la rue grâce à la réhabilitation de leur sécurité juridique ». Appuyé par le Fonds Social de l’Ambassade de France et UGP/EDR, ce projet vise à obtenir 5000 actes de naissances aux enfants et jeunes réunifiés avec leurs familles ainsi que leur fratrie et sensibiliser plus de 10 000 familles de Kinshasa sur l’importance de la déclaration des enfants à l’état civil. Sa mise en œuvre est facilitée par la synergie remarquable entre les acteurs techniques dont la Division urbaine de l’intérieur, Save the children, War Child, BNCE (Bureau National Catholique) et le REEJER.

Au terrain municipal et à l’esplanade du collège Don Bosco de Masina, respectivement le 16 et 21 juin 2015, le REEJER en collaboration avec War Child UK puis Jeunes au soleil s’est rapprochée de plus de 900 personnes composées des enfants et jeunes, des autorités politico administratives ainsi que des leaders communautaires du district de Tshangu pour célébrer cette journée. Par des canaux diversifiés, notamment des théâtres, poèmes, chants, danses, les enfants se sont exprimés à l’esplanade du collège Don Bosco de Masina pour sensibiliser le public sur les droits des enfants à la survie, au développement, la protection et à la participation.

Cette journée s’est clôturée sur le speech de Mme Marguerite DJOKABA chargé de communication au REEJER, qui a martelé sur la loi portant protection de l’enfant, à ses articles 48 et 148 qui protègent l’enfant Congolais contre le mariage précoce. Elle a également insisté sur les conséquences de ce phénomène avant de retracer une brève histoire des évènements du 16 juin 1976 à Soweto en Afrique du Sud, relatifs aux massacres des enfants sud-africain. Un cocktail a été offert à tous les participants.

 Le 26 juin 2015, les enfants accompagnés par le REEJER ont rencontré Mme la Ministre du Genre, de la Famille et de l’enfant pour réclamer le décret du Premier Ministre portant organisation et fonctionnement du Conseil National de l’Enfant et l’arrêté interministériel portant organisation et fonctionnement de parlement d’enfants.

Tous du Ministère du Genre, de la Famille et de l'Enfant : Mme la Ministre (au centre) entourée de Mme le Secrétaire Général (à gauche)  et  du Directeur de la protection de l'Enfant (à droite)

Tous du Ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant : Mme la Ministre (au centre) entourée de Mme le Secrétaire Général (à gauche) et du Directeur de la protection de l’Enfant (à droite)

Marguerite DJOKABA

Maxime KABWE. Stagiaire