Blog

  • REEJER
  • Non classé
  • Le REEJER publie une étude sur la réinsertion socioéconomique durable des jeunes en situation de vulnérabilité

Le REEJER publie une étude sur la réinsertion socioéconomique durable des jeunes en situation de vulnérabilité

Afin de briser le cycle infernal  de rechute  des jeunes,  le REEJER, à travers sa recherche appliquée, vient de doter les jeunes et les centres des formations professionnelles d’une stratégie innovante  pour une  réinsertion durable axée sur le développement économique des jeunes de la rue de Kinshasa en situation de  vulnérabilité.

Le REEJER  en collaboration avec Oxfam Québec   a présenté le mercredi  27 février 2019 les principaux résultats  de la recherche appliquée menée  sur la réinsertion socioéconomique  durable des jeunes en situation de vulnérabilité,  dans l’espace Biso Bana du REEJER à Kinshasa.

Cette étude financée par Oxfam Québec et menée par la consultante, Mme  Sylvie KASHAMA  avait  trois objectifs  à atteindre,  à savoir :

  1. Identifier des solutions adaptées pour une réinsertion durable et le développement économique des jeunes de la rue de Kinshasa en situation de vulnérabilité,
  2. Identifier les facteurs de démotivation des jeunes
  3. Envisager les perspectives d’avenir.

Elle  a permis d’un côté de cerner les déterminants d’une réinsertion socio-économique durable en identifiant et analysant les facteurs qui tirent les jeunes vers le bas en leurs empêchant toute insertion ou réinsertion durable et aussi, ceux qui peuvent la rendre possible. De l’autre, elle s’est basée sur l’analyse en perspective avec les caractéristiques de l’économie et de la société congolaise surtout du secteur informel, et sur  les différents mécanismes qui conditionnent la réinsertion socio-économique durable des jeunes, notamment de ceux en situation de rue de Kinshasa.

Les résultats d’études  ont démontré   90%   des jeunes abandonnent les formations pour diverses raisons entre autre la faible prise  en charge  des programmes de formation, l’insuffisance des moyens  financier pour le  transport et autres  besoins pour  bien suivre la formation, 68 % sont les abandons post formation (insuffisance de financement, emplacement de la structure, inexistence  d’accompagnement post formation,…). A cela s’ajoute les grossesses précoces, le choix de filière  basée sur  la culture sociale et non le genre.

En RDC de nombreux jeunes, filles et garçons de la rue de Kinshasa sont particulièrement vulnérables du fait de leur déficit aux plans de la scolarisation, de l’employabilité et des habiletés de la vie quotidienne en général, d’un manque de préparation à la vie autonome et d’un déficit de liens sociaux. Pour corriger cette situation, diverses activités d’intervention visant à développer leur autonomie et autosuffisance ont été mises en place avec l’appui des divers organismes d’insertion ou de réinsertion socio-économique, dont le REEJER.

Après un processus de réinsertion sociale effectué par ses affiliés, le REEJER constate que les jeunes ne demeuraient pas continuellement dans l’activité d’autonomisation économique dont ils ont bénéficié. En effet, nombreux d’entre eux, sortis de la rue, formés à un métier et dotés de kits de démarrage pour le secteur informel, ne se stabilisent pas durablement et n’ont généralement pas d’autres choix que celui de retourner dans la rue.

‘’Une innovation dans  la réinsertion sociale’’

Auparavant dans son allocution, Madame Lucie  MAILLOUX , coordinatrice de l’Oxfam Québec  reste convaincue que  cette  recherche apporte des réponses  aux préoccupations dont le REEJER  avait depuis très longtemps identifiées  dans l’accompagnement de ces jeunes en situation de vulnérabilité . « Nous souhaitons sincèrement que cette recherche  appliquée vous apporte les réponses  que vous cherchiez et qu’elle  puisse vous rendre ce que vous y avez investi »

Par ailleurs, elle a souligné que cette recherche  appliquée  s’aligne  dans le programme  que   l’Oxfam Québec appelle moyen innovant. « Le programme  accès innovation d’Oxfam Québec contribue par le billet du fonds de développement à l’innovation à venir en aide à nos partenaires dans des thématiques très précises. L’une d’elle est la croissance  économique durable et c’est à cet endroit précis que le REEJER s’y  retrouve ». a –t-elle précisé.

Pôle communication


Laisser un Commentaire

Your email address will not be published.

*


L’enfant en situation difficile, une affaire de tous


Adresse Sociale

Nous Suivre Sur Facebook

NEWS LETTER

Connectez vous a notre News letter pour avoir nos actions en ligne . S'inscrire